Equipé d’un propulseur et d’un arc préhistorique, rencontrez les animaux des périodes glaciaire et tempérée.

Venez tirer à l’arc ou au propulseur pour comprendre la variabilité des biotopes dans le temps et dans l’espace, découvrir différents choix techniques et stratégiques des peuples chasseurs et réfléchir au rapport entre l’homme et l’animal. Rendez-vous sur les parcours et suivez les empreintes pour retrouver votre gibier. Sur la route, votre carnet de points vous racontera quelques anecdotes, intégrées dans un récit de chasse.

A chaque paysage, sa faune ; à chaque culture, son arme

Plus froid…le parcours de tir au propulseur

Au cours du Quaternaire, la Terre a connu de grandes périodes de refroidissement appelées ères glaciaires. Durant ces périodes, les toundras et les steppes remplacent les forêts. Les animaux sensibles au froid migrent vers des régions plus clémentes et laissent la place à tout un cortège de grands herbivores vivant en troupeaux: mammouths, rhinocéros laineux, bisons...

De 20 000 à 12 000 ans avant notre ère, nous sommes à la fin de la dernière glaciation. L’arme utilisée chez nous est le propulseur. En prolongeant le bras, il permet une accélération du tir de projectiles légers, les sagaies. La vitesse du tir avoisine les 90 km /h. Cette arme est encore utilisée actuellement dans certaines régions du monde.

Plus chaud…le parcours tir à l’arc

Il y a 10.000 ans, c’est la fin de la dernière époque glaciaire. Petit à petit, les arbres reboisent la steppe et les plantes des climats tempérés reconquièrent le paysage. Nombreux sont les animaux qui migrent vers le grand Nord. Certains, comme le mammouth, finissent par disparaître. D’autres, au contraire, profitent de l’amélioration climatique pour proliférer : c’est le cas du sanglier et de l’aurochs.

Les origines de l’arc sont encore floues, mais on les situe vers la fin de l’ère glaciaire ; il connait sa véritable heure de gloire une fois celle-ci terminée. Contrairement au propulseur, le tir à l’arc se pratique en position statique, ce qui facilite la précision. La vitesse de détente de l’arc est au moins le double de celle du mouvement du propulseur. Une plus grande vitesse signifie que l’on augmente non seulement la portée, mais aussi la précision. Des améliorations techniques au fil du temps ont permis la portée record actuelle de près de 900 m.

Les seuls arcs autorisés sur le site sont les arcs prêtés par le Préhistomuseum.

Thématiques

Environnement

Préhistoire

Faune-Flore

Climat

Archéologie

Type d’activité

Active Sportive

Ludique

Découverte

Plein-air

Public

Tous public (enfants à partir de 3 ans)
Difficulté du parcours :


Les seuls arcs autorisés sur le site sont les arcs prêtés par le Préhistomuseum.