Le Préhistomuseum

La raison d’être

Le Préhistomuseum existe pour permettre à chacun de vivre l’expérience de l’humanité par une rencontre originale et décalée avec la Préhistoire et l’archéologie.

Le Préhistomuseum construit le parc d’aventures de la Préhistoire

« Toutes les questions de la Préhistoire ont un lien avec la nature » souligne Fernand Collin, directeur du Préhistomuseum. « Au même titre que les vestiges archéologiques, la biodiversité du site est d’ailleurs inscrite dans le registre des collections de notre musée. Ainsi, notre activité de tourisme culturel en tient compte avec les mêmes principes de précaution. »

La transformation du Préhistosite de Ramioul en Préhistomuseum en 2016 était déjà inscrite dans le développement d’un tourisme durable respectueux du patrimoine naturel et culturel. L’étude d’incidences avait notamment mis en exergue les richesses de ce versant boisé de la vallée mosane entre Liège et Huy : hêtraies, érablière, 7 espèces de chauves-souris, pics noirs, bondrées apivores,... Elle indique aussi que divers aménagements (reconstitution de taillis et de pelouses calcaires, création de mares, suppression de sentiers, tas de bois…) ont un impact positif sur l’environnement.

En outre, la grotte de Ramioul est un ‘Site de Grand Intérêt Biologique’ et est agréée comme ‘Cavité Souterraine d’Intérêt Scientifique’.  « Le Préhistomuseum a conçu pour le public des dispositifs qui n’ont rien de préjudiciable quant à la préservation du site pour les générations futures » assure Fernand Collin. « Au contraire, il les valorise. »

Le musée bénéficie aussi de l’action du Life Elia, un projet qui vise à transformer des emprises forestières sous les lignes à haute tension en corridors écologiques en Belgique et en France grâce à des pratiques innovantes. A Ramioul, les espaces concernés par les 3 lignes haute tension ont ainsi fait l’objet de diverses actions : création de lisières, de prairies fleuries et de pâturages, lutte contre les plantes invasives, …  Le Préhistomuseum participe également au contrat de gestion de la Commune de Flémalle relatif à l’élimination de la Berce de Caucase.

Niché au cœur d’une forêt classée Natura 2000, le Préhistomuseum de Flémalle poursuit inlassablement son déploiement entre nature et culture. Le site vient ainsi d’être intégré dans le ‘Réseau Nature’ de Natagora, l’association de protection de la nature active en Wallonie et à Bruxelles. « Rejoindre notre Réseau, c’est faire un grand geste pour la biodiversité » se réjouit l’asbl qui acquiert des réserves naturelles et restaure des milieux rares. Le Préhistomuseum s’engage ainsi à gérer ses terrains en respectant une charte pour laisser une place réelle à la nature.

Par ailleurs, le Préhistomuseum étoffe également sa gamme d’outils de gestion de la biodiversité avec la prochaine réalisation en 2018 d’une cartographie dynamique en collaboration avec Ardenne & Gaume, la doyenne des associations de conservation de la nature. Cette asbl est active dans la protection de sites naturels sélectionnés d’après l’intérêt et la rareté de leur flore, de leur faune mais aussi de leur valeur géologique, archéologique, historique ou esthétique. « Des naturalistes deviennent des partenaires dans le but de développer des modes de gestion innovants » indique Fernand Collin. « Nous sommes proactifs en faveur de la biodiversité tant dans la méthode et dans l’approche que dans les expériences proposées à nos nombreux visiteurs. Nous construisons donc bien progressivement un parc d’aventures de la Préhistoire en pleine nature. »

Les chiffres-clés

12 expositions permanentes intérieures et extérieures
                   La grotte I Site archéologique                  
                   Évolution I Labyrinthe végétal
                   Empreintes I Parcours pieds nus
                   Fermiers I Animaux et plantes
                   Paysages I Balade dans un site classé
                   Archéorestaurant I Savourer le Passé
                   Ateliers I Faire et savoir-faire
                   Chasseurs I Mammouths, cerfs et Cie
                   Collections | La Préhistoire en perspective
                   Archéologie I Métiers et recherche
                   Art Contemporain I Musée de l’éphémère
                   Reconstitutions I Archéologie expérimentale

2 expositions temporaires par an
6 reconstitutions grandeur nature (maison, palissade, dolmen, tipis…)
14 ateliers pour refaire les gestes de la Préhistoire
34 archéologues médiateurs

30 ha de forêt Natura 2000
8 km de promenades
3300 m² d’infrastructures et de services
1 Archéobistrot de 140 places
1 auditoire de 170 places
1 plaine de jeux à thème
1 tipi événements de 200 places
1 salle d’exposition temporaire de 550 m²

9 services

  • Service administratif 
  • Centre de Conservation, d’Étude et de Documentation (CCED)
  • Laboratoire d’archéologie expérimentale 
  • Laboratoire de médiation
  • Service éducatif
  • Service d’accueil, conseil et réservation
  • Service technique et d’entretien paysager
  • Service de fouilles 
  • Service Archéobistrot
  • 1 revue scientifique annuelle d’archéologie et de spéléologie « Le Bulletin des Chercheurs de Wallonie » ainsi que diverses publications

Des collections riches

100 ans de fouilles et de recherches
500 000 objets archéologiques
500 sites archéologiques
23 000 archives consultables par tous les publics

Une entreprise culturelle

 

  • 2 700 000 euros de budget annuel
    •  34 % de recettes propres
    • 66 % de subsides (Fédération Wallonie-Bruxelles, Service Public de Wallonie Emploi, Agence wallonne du Patrimoine, Commune de Flémalle) 

9 400 000 euros d’investissements en 2014-2016 (18 % en fonds propres de l’asbl et 82 % en subsides du Commissariat Général au Tourisme, de la Fédération Wallonie-Bruxelles, de la Commune de Flémalle et de la Province de Liège)
64 employés passionnés 
65 000 visiteurs par an

 

Une gouvernance ouverte et participative

3 représentants de la Commune de Flémalle
2 représentants de la Fédération Wallonie-Bruxelles
1 représentant de la Province
2 représentants des Chercheurs de la Wallonie
3 membres désignés pour leurs compétences en matière scientifique
3 membres désignés pour leurs compétences en matière d’expositions/médiation
3 membres désignés pour leurs compétences en matière de tourisme/communication
3 membres désignés pour leurs compétences en matière de développement local
3 membres désignés pour leurs compétences en matière sociale

(chiffres au 15/11/17)